LES PLANTES À SURVEILLER :
évaluations, sécurité et respect des autres jardiniers

Quelques conseils afin d’éviter de contrevenir aux règlements des jardins.

Certaines plantes ne sont pas autorisées dans les jardins communautaires d’Ahuntsic-Cartierville :
elles le sont pour une bonne raison et nous allons vous les expliquer !


1) HAUTEUR DES PLANTS

L’ensemble des plantes qui dépasseront la hauteur limite de 2m ne sont pas acceptées dans les jardins communautaires : elles risquent de créer de l’ombre dans les jardinets voisins, ou de nuire à la visibilité.

Haricots, tournesols, maïs… ces espèces possèdent toutes des variétés réduites ou naines, qui ne dépasseront pas la limite de hauteur : Il suffit de prendre le temps de regarder les catalogues de semis et plants : la hauteur de la plante à maturité est souvent indiquée !

Voici quelques variété naines de plantes

Maïs sucrés nains : ‘Fischer’s Earliest’ du Jardins Écoumène, ‘Blue Jade’ (aka ‘Baby Blue’) de la Société de Plantes ; ou encore ‘Yukon Chief’.

Tournesol : variété naine ‘Helianthus pumilus’ (environ 1m), le tournesol d’Espagne (environ 1m50), ‘Prado’… la plupart des variétés d’ornement respecteront la limite de hauteur.

Topinambour : ils n’ont pas tendance à fleurir au Québec, et ce sont les racines que nous cuisinons : lorsque la plante grandit, il suffit de la tailler en hauteur.

  •  Vous souhaitez faire pousser maïs, tournesols, ou topinambours ? Merci de nous le faire savoir en début de saison, en nous indiquant la variété cultivée. Nous en prendrons note et vous ne risquerez pas de recevoir un avertissement pour plante trop haute.
  • Vous avez reçu un avis alors que vous cultivez une variété naine ? Il suffira de nous laisser savoir quelle variété vous avez planté. Si elle respecte la limite de hauteur à maturité, l’avis reçu sera simplement annulé et n’aura aucune autre incidence.

2) SURFACE AU SOL OCCUPÉE PAR LES PLANTS

Plante débordant dans l’allée ou le jardinet voisin, recouvrant certaines autres variétés ou finissant par occuper plus de 25% de la surface du jardinet : les espèces potagères qui occuperont une surface importante au sol peuvent poser certains problèmes dans les jardinets.

La plupart de ces plantes appartiennent à la famille des cucurbitacées : elles produisent de grandes feuilles et ont tendance à occuper une large surface au sol : prévoyez de l’espace pour ces plantes, à les installer à distance des allées pour qu’une fois matures elles ne gênent pas les autres jardiniers dans leur travail et leurs déplacements.

Pour cette catégorie, la citrouille géante est la seule variété qui est interdite dans les jardins communautaires.

 

PLANTES À SURVEILLER :

Zucchinis, concombres, courges, et autres cucurbitacées.
Rhubarbe (avant de planter votre rhubarbe, vérifiez s’il n’y a pas déjà un espace de culture collectif dans le jardin)

 


3) PLANTES ENVAHISSANTES

Certaines plantes envahissantes peuvent facilement devenir hors de contrôle. Elles se multiplient de plusieurs manières : fleurs et graines, développement racinaire, rhizomes ou stolons. Le meilleur moyen de lutte reste encore un désherbage régulier !

Exemples de plantes envahissantes et INTERDITES :

 

Renouée Japonaise
fiche info
À arracher, faire attention aux repousses
Cuscute
fiche info
À arracher, et enfouir profondément ou brûler. Faire attention aux graines.
Nerprun cathartique
fiche info
Retirer les pousses avant qu’elles ne deviennent arbustes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(voir aussi : http://www.villeenvert.ca/biodiversite-urbaine/lutte-aux-especes-envahissantes/)

PLANTES À SURVEILLER

Amarante : nous demanderons aux jardiniers qui souhaitent la cultiver d’être particulièrement attentif au contrôle des fleurs : la dissémination des graines par le vent peut coloniser une large section aux alentours. Il est donc demandé de ne pas laisser les plants monter en graine.

La menthe, les fraises et framboises sont autorisées, mais devront être contrôlées de façon régulière afin de ne pas envahir les jardinets voisins ou les allées.


4) ESPÈCES VULNÉRABLES

Certaines espèces de plantes sont peu résistantes aux attaques extérieures, de nuisibles ou de maladies : elles sont interdites dans les jardins communautaires dans un souci de prévention : afin d’éviter d’attirer insectes parasites et autres maladies qui pourraient ensuite se propager rapidement dans l’ensemble du jardin.

PLANTES INTERDITES :

Pommes de terre : elles sont sujettes au mildiou, aux maladies bactériennes et fongiques, elles attirent particulièrement les pucerons et les doryphores.


Tabac
: Étant de la même famille que les tomates, aubergines, piments et poivrons (solanacées) le tabac peut leur transmettre de nombreuses maladies.
N.B. Les agents pathogènes restent dans les feuilles séchées contenues dans une cigarette. Ces maladies pourraient ensuite atteindre vos plants si vous les manipulez directement après avoir touché une cigarette.

 

Vous pouvez consulter ici quelques fiches sur les maladies communes et ravageurs du Québec :
http://espacepourlavie.ca/carnet-horticole/ravageurs-et-maladies

 

N.B. Diversifier les espèces cultivées dans le jardin, ainsi que faire une rotation des cultures d’une année sur l’autre (ne pas planter la même espèce au même endroit) sont d’autres moyens pour renforcer les défenses naturelles de votre potager.


5) PLANTES TOXIQUES

Pour garantir la sécurité des jardiniers et surtout des enfants, aucune plante toxique ne sera tolérée dans les jardins communautaires.

Le Québec compte de nombreuses plantes indigènes toxiques dont les graines pourraient être apportées par le vent et atterrir dans votre jardin : nous demandons à tous de rester attentif en tout temps, et de réagir au plus vite face à la présence de l’une d’entre-elles.

Ces plantes dangereuses devront être retirées, dès leur identification, et avec précaution : mettez des gants, évitez les contacts avec la peau, ne les brûlez pas, évitez de les mettre au compost…

En cas de doute sur la présence de l’une de ces plantes dans votre jardinet, nous vous invitons à entrer en contact avec notre équipe ou avec un expert horticole (photo à l’appui).

La berce du Caucase : https://www.quebec.ca/habitation-et-logement/milieu-de-vie-sain/reconnaitre-et-eliminer-la-berce-du-caucase/

L’herbe à puce : https://www.quebec.ca/habitation-et-logement/milieu-de-vie-sain/reconnaitre-et-eliminer-l-herbe-a-la-puce/

L’herbe à poux : https://www.quebec.ca/habitation-et-logement/milieu-de-vie-sain/reconnaitre-et-limiter-l-herbe-a-poux/?gclid=EAIaIQobChMIr_mGjenB4wIVi47ICh3mEwa9EAAYASAAEgKa1vD_BwE

Le ricin commun : https://www.toxiplante.fr/monographies/ricin.html

En cas de problème cutané ou physique suite à une interaction avec une plante potentiellement toxique, n’attendez pas et contactez au plus vite votre médecin, ou le centre antipoison du Québec : https://santemontreal.qc.ca/population/services/centre-antipoison-du-quebec/

Pour aller plus loin, voici une liste de 30+ espèces toxiques que l’on peut rencontrer dans la province : https://www.lanyctaleetlarenarde.com/blog/2018/11/6/33-plantes-toxiques-au-qubec

 


6) INTERDICTION LÉGALE

Les règlements des jardins communautaires se conforment à la législation Canadienne et provinciale en place : il existe des espèces végétales formellement interdites de culture au Québec. Ces plantes ne seront aucunement tolérées dans les jardins communautaires et leur présence pourrait avoir des répercussions judiciaires.

Par exemple, le cannabis ou marijuana : https://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/C-24.5/

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *